Articles

Les Sens Des Mots

L’ESSENCE DES MAUX

Laid sens démo

En visionnant avec grande curiosité une vidéo TED d’une prof d’histoire de la langue anglaise, j’ai tout particulièrement apprécié son interrogation sur l’incohérence du corps enseignant, quant au fait de s’arc-bouter sur l’orthographe ou le sens figé des mots. En effet,  absolument tout bouge et change de forme dans notre monde. Comme dit si bien l’adage : « Tout bouge, tout se transforme ». Pourquoi donc notre langage n’y serait-il pas soumis. Il y a certes une énorme différence entre la vision universitaire, académique, conservatrice, plutôt longue à la comprenette et ce qui factuellement se passe dans la rue, ou l’usage que les gens, surtout les nouvelles générations font du langage.

Les SMS en sont un parfait exemple de nos jours, le néoparler, où de nouveaux mariages se créent et se dé-créent avec plus ou moins de bonheur. C’est à l’image de nos blouses blanches qui à l’aide de leurs tubes à essais tentent d’allier différentes souches adn, afin de créer de nouvelles espèces. Beaucoup de ces tubes finissent pourtant à la poubelle.

J’utilise volontairement l’expression néoparler, car elle résulte d’une nouvelle traduction du roman 1984 de Orwell (Le bon Or mit le neuf en disant oui à un nouvel équilibre). Jusqu’à présent, on utilisait le désormais très connu Novlangue qui s’apparente à une sorte de jargon qui réduirait par sa pratique les concepts qui permettaient auparavant à la population de développer certains raisonnements, comme des repères, une structure à laquelle se raccrocher.

Cette peur peut se comprendre, mais pour apprendre à marcher, faire du vélo, nager, jouer d’un instrument, conduire, etc…à moment donné, il faut lâcher l’ancien et se lancer. C’est la seule façon de devenir grand. Certains dans nos « élites » cherchent des solutions pour accélérer notre évolution. Mais il s’avère que l’humanité dans son ensemble, est particulièrement rétive au changement, mais surtout au travail de l’esprit. Ça la rassure, comme un enfant qui veut rester dans les jupes de sa maman. Du coup, papa doit intervenir pour éloigner l’enfant de sa mère, quitte à passer pour un tyran. Mais c’est une stratégie dans l’intérêt futur de l’enfant, que ce dernier ne perçoit pas encore, faute de maturité.

Cette image me parle tout particulièrement puisqu’un de mes gros nœuds émotionnels qui m’ont forgée ou déformée, est entre-autre la séparation d’avec ma grand-mère qui a été en quelque sorte une mère de substitution. J’avais alors 3 ans. Mon père souhaitant revenir dans sa région natale qu’est le limousin, afin d’y développer un nouveau projet professionnel d’indépendant, a pratiqué la politique de qui m’aime me suive. Je n’ai donc pas eu le choix. J’ai vécu cela avec mes tripes, c’était un véritable déchirement, le tout accompagné d’une sauce très amère, du sentiment d’être brutalement éloignée d’un chaleureux foyer où je trouvais réconfort, attention, protection et surtout une impression d’appartenance clanique.

Mais ne dit-on pas qu’à trop la couver, la plante ne peut pas se renforcer et survivre. C’était pour moi le dur apprentissage d’un néoparler. Je changeais brusquement de plateau de jeu, qui s’apparentait à mes yeux de petite fille, à un injuste limogeage (en l’occurrence près de Limoges). De petite cellule en groupe, je passais à une expérience plus monacale, afin d’être dans un contexte permettant la réflexion et l’observation. La Rê flexion, c’est le mouvement de courbure, lorsque l’on courbe l’échine pour se soumettre en quelque sorte à un enseignement (venant du la qui est la note de référence, le maître étalon) que l’on ne voulait pas au départ. Il faut souffrir pour être belle, mais je parle de la beauté de l’esprit. Il se travaille comme le reste in peace.

La langue n’appartient à personne en particulier et à tout le monde en même temps. Tout comme un logiciel mis à disposition, elle est soumise à des mises à jour régulières si elle ne veut pas mourir par obsolescence programmée.

Tout comme l’eau qui traverse une multitude d’états qui vont de la glace, puis de l’état liquide à la vapeur. Au même titre qu’elle peut s’écouler à un rythme différent, allant du goutte à goutte, du ru, du ruisseau, de la rivière, du fleuve, du torrent, du lac, de la mer. Selon les circonstances, elle peut stagner. Ces différents états se déclinent de la marre, à l’étang, puis le lac, jusqu’à l’état du marais transformé en cloaque le plus répugnant qui soit.

Dans le mot, cloaque nous entendons qu’il y a quelque chose d’aqueux qui est clôt, qui ne circule donc pas, tout comme le mal des ardents provoqué par un champignon qui contaminait les récoltes de seigle et provoquait auprès des populations contaminées, une obturation du système sanguin aux extrémités du corps, ce qui aboutissait à d’horribles souffrances. Le cloaque est aussi chez les animaux un organe  à multiples fonctions :

  • il permet la sortie des œufs ;
  • il permet d’évacuer les urines ;
  • il permet d’évacuer les fèces ;
  • c’est aussi un orifice génital permettant la reproduction.
  • Pour les mammifères, et notamment chez l’homme, le cloaque existe durant l’évolution embryonnaire et est primitivement séparé en un sinus urogénital et un canal anal par le pli de Tourneux sur lequel fusionnent les plis de Ratke, constituant ainsi le périnée.

Nous nous pencherons ultérieurement sur l’embryogénèse, pour comprendre combien durant son développement, le futur petit homme durant sa période foetale rencontre des cycles d’épreuves à traverser, avant la sortie tout aussi éprouvante de sa matrice et sa traversée obligatoire du cloaque maternel avant son entrée dans un nouveau monde.

Mon dernier exemple ci-dessus évoque cette stagnation qui afflige notre société et nos corps, puisque les deux sont étroitement liés. Encore une fois, il est médicalement reconnu que la stagnation à l’excès est néfaste pour le corps comme pour l’esprit d’ailleurs. Un humain qui n’évolue pas, n’effectue pas de mise à jour, ne s’adapte pas, et finit par régresser et être éliminé par ce que l’on appelle la vie.

Pour en revenir à notre langage, il en est de même. Les dites langues mortes s’apparentent à d’anciennes versions de nos différents langages qui contrairement à ce qui est communément véhiculé n’ont pas disparu, elles ont généré par le biais de leur pratique une nouvelle version améliorée d’elles-mêmes. Elles sont donc intriquées, intégrées dans le nouveau langage. C’est à la fois l’apparence d’une démolition contrôlée et une auto-création sous une nouvelle forme optimisée, une singularité.

On fait très bien cette démonstration en informatique, où l’on sait parfaitement que chaque nouvelle génération de windows contient les précédentes mais améliorées. Ceci étant, le fond qu’est le Dos est incontournable et présent depuis la 1ère version.

Tout comme notre civilisation qui est la synthèse, le recyclage, l’optimisation de toutes celles qui l’ont précédée, mais aussi nos corps qui résultent des corps de toutes les générations qui nous ont précédées.

En anglais on appelle la pratique de ce néoparler Slang. Si on le décortique en langue des oiseaux, ce mot porte en lui différentes strates informatives. Le S, c’est le chemin de vie, souvenez-vous de l’eau, lorsqu’elle s’écoule, c’est sous forme d’un ensemble de vortex. Le Chemin sinueux de la langue. C’est aussi le sang de elle. Le sang, on est bien d’accord qu’il doit circuler en permanence dans un organisme. Le sang transporte de l’info et des nutriments dans tout le corps par l’immense réseau de vaisseaux sanguins qui tout comme le principe d’écoulement de l’eau va de la micro circulation avec des vaisseaux plus fin qu’un cheveux, en passant par les veines qui elles aussi ont un diamètre plus ou moins important, puis les artères qui sont comme des autoroutes à fort débit.

Un corps adulte d’après certaines études contient 100 000 kms de vaisseaux sanguins. Inutile de vous dire que tout a été prévu pour porter la bonne parole dans chaque recoin de l’organisme (Orgue âne isme). Sans le slang, le langage qui est au final un lent gage d’une langue âgée qui ne fait qu’évoluer ou s’optimiser, risque de devenir une sangle. A l’aide d’une sangle, on peut serrer fortement quelque chose pour le maintenir en place. Toute personne qui a fait de l’équitation sait qu’il ne faut pas trop serrer les sangles de la selle par exemple, parce que la monture va se rebeller, ruer, et verser son cavalier. C’est pourquoi si l’on transpose cela à nos langues, il est important de veiller à appliquer les mêmes mesures, garder une structure de fond, mais petit à petit changer la forme, c’est ce qui garantit la vie et sa créativité, éternelle quêteuse d’optimisation recyclage (re cycle âge)

En français, on utilise le mot argot. C’est la même chose ; un savant mélange d’assemblages de mots qui donnent de nouveaux mariages, apportent un sang fraîchement renouvelé, évitant les catastrophiques problèmes de consanguinité. En langage des oiseaux, cela donne Art go. La langue est un art total (taux de all) d’ailleurs reconnu et qui va bon train. Pourquoi en faire quelque chose d’académique. Regardez l’état des him morte aile académiciens s’auto-contragratulant, dans un entre-soi poussiéreux de barbons en costume 18 ème, la taille de leur habit vert, ceinte d’une pseudo épée de preux chevalier de la vérité, bien émoussée et rouillée, qui n’aurait d’autre fonction que de trancher net leurs vieilles têtes dodelinante de gâteux reptiliens, re lit kâ de l’aube sot l’êtes tri as super rieur des dit nos sorts. Leurre rôle de garde hyène d’une tradition d’un outr’âge, est à l’image d’un vieux barrage (bat Rê r’âge) qui faute de soins, parce que totalement oublié, va finir par céder, s’aider voire sait D. saoula pression.

La langue des oiseaux n’est pas nouvelle, c’est un logiciel très très très ancien qui a été oublié. Retrouver ce logiciel et l’appliquer permet de percer la carapace des mots et de les décompresser comme une archive, et ainsi mettre à jour de grands secrets depuis toujours sous nos yeux, rendus aveugles par nos croyances. C’est comme les corps  découverts grâce au dégel du permafrost.

Nous devons faire fondre notre permafrost, celui dans nos têtes de jelly. Le jelly est composé de gélatine de porc (Gela tien de corps/ jelly, j’ai le choix de lire ce qui est gelé en toi). Voyez comme on ne peut pas se tromper, tout est marqué sur la boîte, il n’y a qu’à suivre la notice d’emploi. Vouloir figer un mot, c’est comme vouloir résumer un film à travers une saisie d’écran, vous admettrez que c’est plus que réducteur. Quand bien même la logique de la conception de fractale permet de reconstituer la totalité à l’aide d’une partie. Le tout réside dans la partie dit l’adage.

Dans le pays de Molle hier et des mangeurs de cuisses de grrr nouilles, nous sommes invités de toute urgence à quitter notre état d’esprit jusqu’alors figé. En Art Go, on pourrait appeler ce phénomène le permafrog (Le père m’a transformé en grenouille, et je dois redevenir un prince Char ment). Attention toutefois de ne pas vouloir devenir plus gros que le bœuf (Lorsque celui de l’esprit renaissant éclot). La bien connue allégorie de la grenouille dans la casse rôle dont on chauffe tout doucement l’eau/haut/how/Ô par le feu de l’esprit, est invitée à ne pas se laisser endormir par cette douce chaleur qui finira par la cuire, et veiller dès à présent à entraîner ses cuisses (issues de la connaissance) à effectuer le tout prochain saut cante tic avant le fat all sot quand tic.

Il est temps pour l’humanité de comprendre et d’appliquer cette logique de fractale dans tous les domaines de la vie. A savoir que chacune de nos pensées, nos paroles, nos actes, même les plus anodins ont une incidence qui dépasse l’entendement en terme d’échelle. C’est pourquoi il nous est demandé d’effectuer de toute urgence une mise à niveau, car la mise à jour ne suffit plus. Oui, nous changeons de plateau de jeu, nous changeons de costume, de milieu. S’y préparer n’est plus une hypothétique option, car le concepteur a changé le microprocesseur, la carte mère, la carte vidéo, démultiplié la mémoire et a installé un tout nouveau système d’ex ploie tas sion. Il va falloir accepter la migration vers le nouvel équipement si l’on ne veut pas finir au cimetière des P.sait or d’use âge.

Nous nous apprêtons à franche hire le mûr du fils, le mur du son. Le barre r’âge, le Bun Cœur est cuit à point comme un bon petit pain, et va dé sort met s’aider, et vous êtes tous un vie/vis T à vous un stalle hait sur laids bancs quête du Fou quet’s fraîchement B l’un D.. La quête du fou de Dit eux. Le nouveau Char de D.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS