Chansons

chant du fils

La chanson, un art en harmonie (art de mon I au nom du hit), dire avec talent ce que tout le monde pense ou ressent tout bas, sans pouvoir encore les mettre en mots, ce qui se traduit par des maux, des bleus à l’âme qui font couler des larmes afin d’être plus cool.

Là, vois là un chemin à deux mains pour mains tenant, demain, pour I air, afin de purger tes doux leurres, tes sentiments, et dénouer les nœuds dans ton ADN, l’addition de ta haine, tissée si serré dans tes os/eaux, que comme disait si bien Colle lu che “Pour défaire des nœuds qui ont trempé dans l’eau, bonjour les dégâts, les 2 gars

Tous ces chanteurs, compositeurs, interprètes ou prêtres de l’un sur terre, ont un temps d’avance sur nous, portes parôles, investis et travestis pour écrire, dire, chanter, susurrer, crier, jouer les mots du crée acte heure qui inlassablement multiplie les formes de messages nous servant la même messe sage si âgée que nous nous évertuons pourtant  à ne pas voir et ne pas entendre. Alors Satan, et en cette fin des temps ça tend de plus en plus fort le ressort de notre sort. Ô fées, qu’en est t-il de ne notre sort de art rang saur, nous les dîne Ô sors?

Pour la fin du monde

(Gérard Palaprat extrait de l’all Baume Fais-moi un signe)

Pour la fin du monde prends ta valise
Et va là-haut sur la montagne on t’attend
Mets dans ta valise une simple chemise
Pour la fin du monde pas de vêtements

Et mes photographies (laisse-les là)
Et ma boîte à outils
(laisse-la aussi mon vieux tant pis, mais)
Pour la fin du monde prends ta valise
Et va là-haut sur la montagne on t’attend
Laisse tes bijoux, tes machines à sous
Pour la fin du monde pas besoin d’argent

Mon avion, mon képi, (laisse-les là)
Ma canne et mon fusil
(laisse-les aussi mon vieux tant pis, mais)
Pour la fin du monde prends ta valise
Et va là-haut sur la montagne on t’attend

N’aie plus peur de rien tout ira très bien

 

Pour la fin du monde viens tout simplement
Viens donc il est temps.
Viens voir enfin l’autre côté de la montagne, Hé Ho,
Viens voir enfin l’autre côté, on va repartir à zéro.

Pour la fin du monde prends ta valise
Et va là-haut sur la montagne on t’attend
Mets dans ta valise une simple chemise
Pour la fin du monde pas de vêtements
Et mes photographies (laisse-les là)
Et ma boîte à outils
(laisse-la aussi mon vieux tant pis, mais)
Pour la fin du monde prends ta valise
Et va là-haut sur la montagne on t’attend

N’aie plus peur de rien tout ira très bien
Pour la fin du monde viens tout simplement
Viens donc il est temps.
Viens voir enfin l’autre côté de la montagne, Hé Ho,
Viens voir enfin l’autre côté, on va repartir à zéro