Articles

Fais comme l’oiseau

Fée c’ohm meuuuuhhhhh loi sot

Ça vit d’air pur et d’eau fraîche un oie saut. Comme il le chante si bien le Miche hell, le mi Kâ elle, qui écrit de belles fugues pour le Un, et qui sonnent bien. Chante l’avis de ton champ c’homme si tue deux « V » mou rire à deux mains, c’ohm si sait « T » elle ta dernière Chance, Sheila que tu dois saisir fermement avec aisance les anses de ta marre mythe, courbée et si hume haine au dessus de ta fosse d’aisance. Le sens-tu le doux fumet, de ta belle cuisine interne, enfermée dans ta boîte de Paon dehors, noix y es dans tes aima nation. Traverser-tu dois tes marais putrides, découvrir et ouvrir ta nasse au fond de laquelle repose sagement le I (ta droiture) et le on (Le secret de la mât hier).

Alors check et shake, fais ton shreck, ton hulk, pique ta colère, devient vert, puis de verre et va vers, à travers ton labyrinthe, rencontre ton minot qui a tort, et ferme zi son clap hais de faim.

C’est un beau Rom a/n, sait tune bêêêêle hisse toi Rê. Ton jeu de L’oie tu parcourras, case après case, hé tape après étape tu franchiras les aubes Tacles sur le chemin, c’est du sport, qui attaque tes pores, tu ressemble parfois à un porc, mais c’est pour mieux atteindre ton Port.

Ne brûle pas les étapes, savoure le chemin, à la fin, chacun rentre chez soi, Mais là haut, il n’y aura plus de brouille art pour lui, et elle aura retrouvé son mi dit, car c’est une Rome en ce d’ô jour du « I ».

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *