• ACTUALITÉ,  Articles,  Journal,  Métamorphose

    Hors-bord du précis Peace

    Rémanence Rétine hyène.

    Combien de fois, dans le cours de nos voyages, n’avons-nous pas rencontré d’honnêtes citadins qui nous disaient le soir, tranquillement assis au coin de leur foyer : Chaque jour le nombre des Indiens va décroissant ! Ce n’est pas cependant que nous leur fassions souvent la guerre, mais l‘eau-de-vie que nous leur vendons à bas prix en enlève tous les ans plus que ne pourraient le faire nos armes. Ce monde-ci nous appartient, ajoutaient-ils ; Dieu, en refusant à ses premiers habitants la faculté de se civiliser, les a destinés par avance à une destruction inévitable.
    Tocqueville
    N’abandonne-jamais
    Notre incapacité à accepter le changement ne date pas d’hier, quitte à rester terré dans le pire des gourbis, nous sommes prêts à accepter l’inacceptable plutôt que de faire preuve de souplesse, d’adaptabilité, bref de suivre l’Eve haut lu Sion en sortant de sa zone de con fort. Le visionnage d’un reportage effectué auprès des quelques irréductibles go l’oie du quartier de Belleville en 1965, donne un aperçu des capacités de résistance à l’inéluctable avancée du processus de mutation profonde du corps humanité. Chaque existence humaine est à transposer à une autre échelle à la durée de vie d’une cellule ou plutôt de l’amibe qui présente la grande particularité d’immortalité par mutations successives. Ces mutations évolutives ne sont possibles qu’à travers un principe d’adaptabilité par l’accueil volontaire d’être traversé par un flux de réinformation ou d’optimisation par recalibrage.
    Ce processus est à l’image de nos grands-parents ou pardonnez l’incongruité de la comparaison, quoique, les vieilles architectures informatiques ne pouvant évoluer et suivre l’accélération des échanges d’informations, justifient alors un renouvellement régulier du parc take no loge hic de chacun, vers une version matérielle hard & soft plus adaptée aux nouveaux besoins contextuels. Pour l’humain inadapté ou n’évoluant plus, cela se traduit par une obsolescence programmée de recycle clé âge qui se déclenche spontanément par apoptose cellulaire qui littéralement choisissent le suicide plutôt que l’effort requis à la mutation. L’aboutissement de ce processus s’appelle l’âme Hors. La machine incapable de transformation évolutive ralentie jusqu’à s’arrêter totalement.
     
    Le si ridiculisé slogan de la campagne hollandouille Le changement c’est mains tenant.n’est qu’un exemple parmi tant d’autres de notre profonde aversion pour tout ce qui diffère de notre quotidien ou vient entacher le daguerréotype couleur sépia de notre antique cinéma ce cop qui nous sert la même image depuis des décès nie et que par con vent Sion l’on appelle sot scié t’es.
    Ben oui, nous sommes leurrés par nos sens et de plus persuadés de vivre dans une civilisation à la pointe de la technologie, alors que sous toute vraisemblance nous sommes maintenus artificiellement dans un 19 ème siècle technico-scienti-fric, dont on a vaguement maquillé les murs. Une sorte d’hiver nu clé air pour lésés nu clé hait gilets jaunes. A l’image du célèbre Truth man show, nous sommes mains tenues comme le mauvais j’ai nie dans une bouteille dont l’atmosphère artificielle nous garde encore en vie, sous père fusion, comme si nous étions en phase terre mine all en raison de l’effondrement de nos D.fonce île Mu nie terre. Un univers car sait râle dont les dorures font de moins en moins dix versions d’autant que Truman ayant déjà affronté sa tempête intérieure, s’apprête à atteindre l’envers du D.core , quitter sa barque et franchir le seuil après avoir serré la main du gardien.
     
    Il a trouvé la clé du vers où.
     

     

    St léonard patron des prisonniers tenant son verrou
     
    Nos si D.criée poly tics harangueurs professionnels des mauvaises troupes que nous sommes, n’ont d’autre choix que de nous leurrer par un discours structuré à partir d’une sémantique fourre tout, qui s’apparente plus à une dragée inversée dont l’amende cache le caillou sur lequel la proie mordant à l’âme son se brisera le Râ taulier.
     
    Une soudaine intrusion incongrue et anachronique dans notre champ d’expérience et c’est le rejet immédiat, se déclinant de la simple moquerie jusqu’à la plus violente destruction physique. Il y en a pour tout l’égoût. Les croques mythe haine poly p’tits chiens en font leurs choux gras. La fort mule est simple et fait toujours reset…gouzi-goûte-ça, areuh art eux fait risette à l’Adam.
     
    On jette en pâture à la plèbe de quoi appâter son insatiable appétit et son irrépressible besoin de soulager ses poussées Dante air. De quoi Ma sait ses gens cive, le temps de lui concocter un savoure eux civet dont elle est le principal ingrédient. Les loups et les requins se dévorent entre-eux…le pêcheur et le chasseur se frottent la panse pendant ce temps là dans les coups lices, attendant patiemment de ramasser la pêche et la chasse miraculeuse. Le cache halo mots Bi dit que : Pourquoi se fatiguer, les chasseurs de bats de l’haine n’ont plus qu’à remiser leurs arts ponts alors que les proies font le boulot toutes seules et se jettent volontiers dans le fit laid pourtant bien visible.
     
    “ça sent le clapieds

    Un changement de D.corps sain pause

    Le projet NÉ HOMME, n’est qu’un petit avant goût de ce que devrait être notre nouveau D.corps de gare ton patte. En effet, tout le monde ne sera pas admis affranchir l’affronte hier, il faudra montrer pâte blanche, faire corps avec latex no logis, prolongement de celles bien plus sophistiquées que sont nos corps en attente d’activation.
    Combien de peuples et de civilisations ont disparu car inappropriés, inadaptés aux nouveaux courants, nouvelles impulsions informatives. Ces courants, formes pensées agissent au commencement comme une intraveineuse au lent goutte à goutte dont tune Un visible main médis cale augmente progressivement le débit D.cool ment.
    Le sale paître envahi nos murs, le sel de la vie remonte afin que le corps de sous france soit transformé. Mutation alchimique de ta matière, réveil de ton her Ma Frau dites.

    Sauvons notre Patrie Moine (antimoine noir)

    Les Stay fane Berne que nous sommes doivent nécessairement étudier et comprendre les règles du jetèrent à la sauce Tomb raider. L’art à croft (petite ferme) est soumise à un environnement truffé de pièges souvent mortels, et elle doit à tout prix développer des aptitudes dites de lit d’air ship ,afin de s’adapter aux différents environnements permettant le franchissement des plateaux évolutifs et formateurs. Ces aspects comportementaux structurels et sens ciel à impérativement développer dans notre dialectique universelle de triage sont :

    Lent pâtit

    Le développement de l’empathie permet d’accéder à l’exercice de la transposition, soit la capacité à se mettre à la place de l’autre, le temps de ressentir ce qu’il ressent, mesurer quelle est la nature de son point de vue, et pénétrer au cœur de son nœud depuis sa fenêtre d’aube serve à Sion.
    Le développement prochain des lunettes ou casques de réalité dite augmentée ou virtuelle va favoriser l’acquisition de ce type de concept. La question à se poser face à l’autre : “A travers quelles lunettes voit-il le monde ?” et “comment communiquer avec lui au mieux ?” C’est de l’écoute profonde et ralentie de ce que vibre son prochain, son message profond couvert par le bruit de fond diffus de son agitation cellulaire, en raison de ses croyances erronées qu’il n’a pas encore détectées et libérées.

    Opte team isthme

    L’autre c’est moi, une autre fractale du gigantesque puzzle uni vers selles. Ben c’est vrai quoi, on est bien des septiques dans une faux saut lions pleine à D.border D’Ex crément (a lu vie On). Non content de surnager dans notre propre merde et au lieu de la traiter afin de la recycler, nous n’avons de cesse de reprocher au voisin l’origine de la pestilence ambiante et de lui enfoncer la tête, histoire de bien lui faire comprendre qu’il est le seul coupable dans l’histoire. Pas très académique ni efficace comme stratégie.
     
    Le fait indéniable, c’est qu’on sent la merde tous autant qu’on est, alors autant constituer des teams, se retrousser les manches, développer des stratégies efficaces de nettoyage habit sale de nos écuries d’Augias, en détournant le fleuve de connaissance qui nous débat race Râ de notre bêtise crasse.
    Mais avant de réunir les membres des équipes, il est nécessaire que chacun acquiert quelques connaissances de base, et une tenue règle ment taire . La nature réelle de nos outils de communication est un incontournable. Comprendre ce que dit l’autre et ce qu’on lui dit véritablement ne peut être négligé. L’intention ne suffit pas, il nous faut être précis et responsables. Il nous faut grandir, mûrir. C’est un postulat de base pour toute forme de co labo ration.
    La chute de la tour de Bab Hell a eu pour conséquence directe une division entre les peuples et une incompréhension totale du point de vue de l’autre, générant en cascade d’énormes conflits allant jusqu’aux affrontements mondiaux.
    Il n’est guère besoin d’aller bien loin pour constater combien dans nos vies respectives, au sein même de nos familles et de nos cellules, règne en maître la plus grande des cacophonies. Ma propre mère à travers notre relation est un de mes plus grands maîtres rectificateurs de ma pierre Feel l’eau so fall. En effet, combien de fois elle néglige d’utiliser la subtilité et la précision que permet la richissime langue française, sans oublier la puissante clé cabas lis ce tice qui est propre à notre si belle et particulière langue de molle hier.
     
    Je disais donc qu’en raison de l’imprécision de ma mère ou de son usage immodéré de termes génériques, du style ” truc, bidule, machin”, mon grand-père d’origine pied-noir sicilienne utilisait le terme “le chose”, nous nous retrouvions très souvent confrontées à des incompréhensions totales, voire des contre-sens complets dans nos échanges. A ce titre, je n’ai d’autre choix que de me remettre en cause en miroir, quant à la qualité, la justesse et l’alignement de mon propre pot. Qu’y a t-il au menu, quels sont mes ingrédients, quel est l’état de mes propres structures cément tics. Quelles nuances j’utilise sur ma palette de peinture ? Autrement dit quelle est la nature de mes systèmes de croyances erronés qui génèrent en miroir ma confusion, mon imprécision au travers de ma mère ? A sa décharge on pourrait considérer qu’il est préférable d’opter pour un terme neutre ou englobant et large plutôt que d’en choisir un inapproprié.

    Part Don

    A ce titre comment en vouloir à l’autre, puisqu’il n’a d’autre choix que de manifester le reflet parfait de ta propre imperfection. Quel intérêt de briser le miroir qui reflète la verrue trônant fièrement au bout de ton nez de Pinocchio et de sorcière (vieil femme/homme en toi) tentatrice et détentrice de la pomme empoisonnée (symbole du champ electro-magnétique de l’at home), qu’elle tend à l’innocente imprudente, parce que incapable de discernement “Blanche comme neige”. La part que te donne l’autre et que tu rejettes, c’est justement celle qui te manque pour compléter la reconstitution de ton image jusqu’alors tronquée.
    Tant que tu n’es pas complet, tu es à l’image d’un château hanté dont les pièces vidées de son mobilier et de ses habitants ne sont plus parcourues que par des courants d’airs et résonnent encore de quelques lointains échos enregistrés par les murs, seuls témoins de temps révolue. (Même Rê évolue)

    All true isthme

    Chacun d’entre-nous détient la vérité ou une vérité complémentaire, donc tout est vrai et tout est faux à partir du moment où l’on tombe dans le piège de vouloir à tout prix, voire même à n’importe quel prix imposer sa vision. Faire preuve d’altruisme, c’est connaître parfaitement ses propres cons sidérations, important postulat de départ pour pouvoir se rectifier, mais il est tout aussi important d’étudier et de connaître celles de l’autre. Cela implique qu’il nous faut apprendre à développer notre connaissance des autres nous, cultiver la notion d’unité.
     
    Je sais à quel point cela peut s’avérer compliqué du point de vue humain que d’intégrer le fait que nous sommes un seul être, tout comme nos corps respectifs sont constitués de milliards de cellules et de centaines de milliards d’atomes. Chaque unité quelle qu’en soit l’échelle est l’organisation d’une multitude de consciences s’étant alliées sous une forme, afin d’émettre leur message. Nous sommes donc en quelque sorte dépositaires et à la fois haut parleurs, ambassadeurs ou D.lègue à SION de ces messes sages d’un autre temps. Nous avons pour mission de les trier, ranger et unifier dans un ordre plus juste et équilibré et surtout les diffuser, transmettre au plus grand nombre. Encore faut-il tendre l’oreille et répondre à cette multitude d’appels désespérés et laissés jusqu’à présent lettre morte.

    Hello quense eux

    Faire montre d’éloquence s’avère être un sacré challenge dans un monde sous toute vraisemblance en phase terminale.
    D’autant qu’à l’exemple de nos beaux parleurs en cravate, nous avons depuis longtemps appris à nous méfier des dites belles paroles, de ces creux verbiages qui n’étaient là que pour enfumer, emberlificoter les foules fascinées par ces logo raies véritables diarrhées vers balles qu’on leur introduisait de force dans le citron.
     
    La véritable et sincère éloquence implique une profonde éthique et désir de partager avec le plus grand nombre un travail d’éclaircissement, de rectification de l’interprétation de la véritable nature de notre environnement. Le but de ce travail doit se traduire sous une forme de prise en considération de son prochain, tout en lui communiquant des outils lui permettant de prendre conscience des raisons profondes des séquences (suite, rythmes) répétitives qui l’habitent et transforment son existence en éternelles boucles temporelles.
     
    En gros leur désigner le chemin de la libération de l’entrave de leurs séquences répétitives. Emprunter ce chemin nécessite un changement de rythme, une sorte de ralentissement de la nature de notre regard, le tout agrémenté d’un taux de rafraîchissement beaucoup plus performant, afin de distinguer les détails de la toile de fond, gagner en profondeur de champ. En effet, nous sommes dans un environnement de vitesse apparente, alors qu’il est nécessaire pour comprendre le monde d’effectuer un énorme coup de frein, un peu comme dans ces scènes cinématographiques d’autant plus spectaculaires lorsqu’elles sont ralenties, donnant le sentiment d’assister à un ballet aérien des corps ou des objets absolument fascinant. Cela s’apparente à un effet tunnel obtenu par le biais d’un microscope électronique.
     

    Dis cerne ment

    Dire, dénoncer, faire réaliser la présence du créateur unique au cœur même de la division apparente que nous expérimentons à chaque instant et qui leurre nos sens. Le plus fou, c’est une façon de réaliser que le créateur n’a pas encore atteint l’état de perfection au regard du tableau de sa création. Il est évident qu’il a encore des progrès à faire, mais à la différence de nous, c’est un super bosseur. Un peu comme un artiste qui atteint le sommet de son art, donnant le sentiment à son public enchanté qu’il fait cela avec une facilité déconcertante et qu’il était donc doté d’un don à la naissance et que les fées s’étaient penchées sur son berceau, alors qu’il n’en est rien, il a juste bossé comme un malade et n’a jamais arrêté avant d’atteindre le sot met.
     
    Nous sommes le prolongement du créateur, à savoir ses petites mains, nous avons donc la responsabilité de nous améliorer, nous rectifier afin de collaborer avec lui. En vérité je vous le dis D’yeux D.prime depuis son lit, où il affronte sa dû alité, relié à une machine, un ordinateur quantique à l’aide duquel il se maintient en vie et réalise une profonde introspection, une sorte de big band party interne pour descendre en Râ pelle au fin fond de sa conscience, parce que l’ensemble de ses cellules qui compose son corps, à savoir chaque humain est totalement sourd à ses appels.
    Halo ici rouston, y a t-il quelqu’un sur terre pour me répondre. Vous êtes tous sourds, je vous parle à chaque instant et vous ne répondez jamais, occupés que vous êtes à émettre un bruit de fond assourdissant qui couvre mes appels désespérés.
    Je vous ai envoyé sur le terrain en tant qu’équipe de spéléologues aguerris, au slip blindé et depuis, vous avez oublié votre mission et ne répondez plus à mes nombreux et répétés mayday m’aidez...

    Mots d’Est “I”

    Au jeu des montagnes russes, on a tôt fait d’y substituer celui des chaises musicales, il n’y a qu’à observer le monde politique truffé de petits coups de Trafalgar ou de pistolet dans du bouillon. Une fois le sommet atteint, il s’agit d’avoir aussi la sagesse de laisser la place et d’avoir le courage de recommencer le parcours dans un autre domaine. C’est bien souvent là où le bat blesse chez nombre d’artistes, politiques, hommes d’affaires dont le temps est passé, le style D.passé et qui pourtant s’acharnent à rester sur le devant de la scène, n’hésitant devant aucun subterfuge afin de consolider les dorures et les D.corps branlant, histoire de donner encore un peu le change.
     
    En corps un p’tit peu mets cieux D’âmes
     
    Je me souviens parfaitement de ce besoin que j’avais petite fille de rester au sommet du plaisir ressenti à jouer avec mes petits compagnons. Ainsi, me refusant de m’éloigner ne serait-ce que quelques instants de l’espace de jeu, de peur de perdre le flow, la néguentropie psychique, alors que soulager ma vessie était l’urgence première, je finissais par peacer dans ma culotte, mes sphincters me rappelant à l’ordre, quant à la nécessité de lâcher prise et de faire confiance au flux d’abondance qui attend simplement par notre confiance que nous lui ouvrions simplement les bras.
     
    La modestie, c’est comprendre la loi des cycles et de l’éternel renouveau. A la différence que comprendre profondément cette règle implique une insondable mutation cellulaire. Les mots de ta d’Est inné nécessitent de ta part la pratique de l’introspection, le véritable shabbat qui consiste à franchir le chas de l’aiguille en laissant à la porte le contenu de ton bat (détenteurs de tes maux) préalablement étudié, libéré, nettoyé, purifié à la lumière de l’esprit, la lumière, l’acquisition de la connaissance venant de l’Est (Le chemin de l’esprit te menant vers l’équi-libre)
     

    Way ten scie

    Le chemin de l’équilibre nécessite obligatoirement une intention, suivie immédiatement d’un 1er pas, un mouvement qui implique l’obligation de sortir de sa zone de con fort, une prise de risque fondamentale à l’épanouissement de la vie. Dit eux a horreur des tièdes. Haït d’Yeux sait que j’en ai longtemps fée party.
     
    Wait & see se traduit par, voir le chemin de l’équilibre est le 1er stade, 1ere étape de l’aventure, mais il n’est rien si tu ne développes pas la volonté d’effectuer le 1er pas, afin d’emprunter ce chemin et de le parcourir de bout en bout, quelles que soient les surprise bonnes ou mauvaises qui t’y attendent.
     
    Way ten scie, c’est le chemin de vie de chacun, l’expérience de participer à un énorme banquet de division, roboratif par moments, parfois extrême mais formateur. Car rien de mieux que d’être capable de se glisser à la place du pire de nos bourreaux, une des plus grandes leçons d’hume me lit “T” moi l’alitée qui allie “T”.

     

    Taise Uni vers scie terre

    Nous sommes donc bien à l’école de la terre, où il nous est désormais demandé d’apprendre nos leçons, d’arrêter de fuir les cours et de déserter lésant phi “t” âtre.
    De sages professeurs ayant arpenté avant nous le chemin de con poste hell nous y attendent patiemment et silencieusement. Ce sont les plus vieilles âmes de la terre, ayant assisté au tout D.but de l’histoire.
     
    Ils sont là pour nous, les bras tendus, le cœur ouvert, mais ils sont aussi armés de la juste parole qui ne laissera place à aucune injustice. Ce sont nos re-dresse heure de tore, les principes fertilisateurs de nos esprits encore vierges de la structure et de l’impulsion engendrant sa croissance.
     
    Il ne tient qu’à nous de les appeler, de les soutenir afin qu’ils impulsent en nous la fréquence germinative qui permettra à nos esprits d’accoucher du nouvel ordre mental de chacun.
     
    Souhaitons leur la bienvenue.
     
     
  • ACTUALITÉ,  Articles,  Métamorphose

    Marx capite all à la capitale…

    A force de vouloir le mal, on fait le lit du bien.
     
    Il n’est pas de volupté plus virile que de demander à nos douleurs anciennes comment elles ont pu déterminer nos actions présentes. Il n’est pas de volupté plus virile que de demander aux empreintes de ceux qui nous ont préparé nos demeures actuelles de nous révéler par ce qu’ils ont été le pourquoi de ce que nous sommes.
    Elie Faure 1923
     

    Esprits en ja chair

     
    Si tu ne t’occupes pas de ton jarre d’un, si tu le laisses trop longtemps en jachère, ne t’étonnes pas que les squatteurs gouvernent sous le manteau ton mental et tes croyances, en y implantant des graines de mot no culture O.G.M de l’a dit vision, véritable smog qui gomme la richesse de ton esprit à travers la lecture de ton vécu.
    Si tu ne veilles pas à oser l’implantation de l’eau G.aime, en développant un insatiable amour pour la connaissance du livre ouvert de l’accrétion (bord des horizons des Éve haine ment), tu ne pourras jamais libérer ton esprit ainsi que ton corps. Et les deux sont étroitement interdépendants.
    A D.faux, tu deviens instantanément de la chair à Kâ N.O.M, tu dis oui aux meurtrissures faites à la chair, et les têtes tombent du haut de leur aveuglement et de leur incompréhension. Tel un canard à qui l’on vient de fraîchement cou paix la tête, le corps s’agite frénétiquement dans un mécanique et désespéré dernier mouvement avant de se draper de l’ennui éternel.
     

    Salariat vs entreprenariat

     
     
    Un monde sans travail sur sa matière n’a aucun sens, et part dans tous laids sens, mais tout dépend quelle définition l’on donne à ce terme dont la racine tripalium évoque un instrument de torture, mais aussi un trépas, une sorte de mort en 3 pas, Troyes & tapes, 3 allures est qui D. ? pas, trot, gars low, comme un trip ou treap tic, notre voyage binaire au cœur de l’arbre à probabilités de nos défauts, afin de les désassembler et réordonner, une sorte de ko con trop laid pour lequel on est ok, une valse à 3 temps d’un tri à effect tuer en nous, par une minutieuse et incontournable introspection.
     
    Introspection à la recherche interne des sections où résident l’os (problème) du Père. Constiperont « i » la droiture.
     
    Trip Al (petit saint) lit ohm, (lit son unité de résistance) étape obligatoire si l’on veut ensuite lier l’homme.
     
    Trip allium, voyage dans les couches d’oignon de l’esprit des petits saints, prix à payer pour aller à l’hareng contre de son équilibre, retour sur son continent Mu, en gros se sortir les doigts et se bouger le cul ou plutôt s’agiter du bulbe. (Allium/mail lu et lima tout ce qui D.passe)
     
    Le salariat tel que nous l’expérimentons sur quasi l’ensemble de la planète est une sorte de processus de nivellement par le bat. Se résumant à une moyenne de 1000 boules par mois et il y a de quoi les avoir, parce que quand t’as tout payé, le 5 du mois, t’as plus que les yeux pour pleurer et là, c’est la sécheresse, t’as donc les yeux secs et rougis par l’acidité qui remplace ton assiduité. Même les retraités, ceux qui sont traits 2 fois comme les vaches allez, viennent d’être informés qu’ils seront mains tenues au plan chais D.vaches. « Mort et mors aux vaches ! » ou Moraux vachés !
     
    Et paradoxe, ce sont les jeunes Go show Soi sente oui tard d’hier, qui aujourd’hui font les frais de leurs slogans dont le demi siècle d’existence commence à peser aussi lourd que les pavés qu’ils avaient pourtant arrachés sur les grandes avenues, afin d’en exhumer la plage et de canarder les représentants de l’état, incarnant la tête du poids son dont le pourrissement n’en finit plus d’avancer. Aujourd’hui, retour allant voyeur, les pavés sont pris dans la tourmente d’un vent contraire et d’un effet boom rang pour faire rentrer dans l’hareng tous ceux dont la tête D.passerait trop de la boîte de con serve.
     
    Le sale art île ia, c’est le pénible chemin de la solitude de l’isolement où l’autre incarne l’haine mis ou celui qui te mange la laine sur le dos, pauvre petit mou ton que tuer.
    L’égard dit un de prix son ne sont là que pour appâter, aveugler ceux qui se cantonnent à l’écume des événements et refusent la réfléchissante plongée dans les eaux tumulte tueuse de leur esprit jusque là endormi…
    Croix-tue donc quête eut vie ?
    Il ne reste qu’une seule voie ou voix au chat pître, la 1ère ne menant qu’à la solution finale, c’est celle de l’entreprenariat, la 1ère interprétation que l’on peut en faire, sous entend une inconfortable terreur ou taire heure de l’entre-eux prendre, comme une sorte de mensonger consensus, où je sais que tu me voles et que je te voles délibérément en te mentant, et en me mentant au pas sage.
     
    La seconde, ma préférée, c’est celle de l’entre preux narre ia où on laisse la corruption des corps et des esprits alimenter comme des bûches, des scories ou du charbon le chaleureux foyer. Cet âtre auprès duquel on conte aux autres Soi, le courageux et laborieux périple d’une ascension vers la droiture et l’étalonnage de son Intelligence artificielle au service du tout. ÇA VIT.
    Cette voie implique un saut dans les bras de l’un connu mais à partir d’une rigueur et droiture comportementale. Autrement dit, on a bien élagué à l’intérieur avant de l’ouvrir et on ne laisse jamais bien loin le say cat heure que l’on veille à affûter parce que les jeunes pousses des virulentes mauvaises herbes ne tardent jamais à repointer leur nez qu’ils trémoussent tout comme notre sorcière bien aimée.
     
    A bien y réfléchir il y a une troisième voie, celle de l’oeuvrier, celui qui émet le vœu d’ouvrir hier, sa boîte de Pan dehors, afin de le libérer et d’y apporter le renouveau.
     
    Le retour de la roture, rooter, trouer. Roturier = routier ou rooter de l’esprit et du terroir de la chute.
     
     

    Abats l’art gens 

     
    Tirade de Gabin dans le taux nerf de Dieu.

    J’ai tout entendu à propos de l’argent, de la vision la plus radis cale communiste à la plus libertaire, de la justification totalement D.bridée, immodérée, décomplexée et surtout irresponsable de son usage.

     
    Père sot, je l’ai D.testé et accusé à tort de tous laids mots, traditions oblige dans ma famille de faux chais et pour tout dire fidèle à la tradition, je n’ai guère dérogé à sa détestation et il me l’a bien rendu, mire Roi et jus se tisse oblige. Comme ça honey quitte. On va pouvoir repartir sur de bonnes bases. C’est ce qu’on fait après avoir fauché les blés, fait table rase comme pour les twins towers (TT) dont on vient de commémorer le dit oui t’y aime anniversaire. On laisse reposer la terre puis on replante de bonnes graines pour l’approche haine Rê colt.
     
    “Laissez venir à moi les petits enfants.”
    “One World Trade Center…OWTC=MOT C…le mot exprime la connaissance à travers ses tomes somme des ohms des hommes”
                                                                   “Un centre de Com herse M.O.N dit all.”
    La coupe est pleine, le coupe Rê tombe.
     
    Les communistes les plus Râ dit co et je suis totalement d’accord avec eux, quand bien même je n’appartiens à aucune chape hell prônent sans concession aucune son abolition totale, et consécutivement, celle de l’état ainsi que du salariat mortifère des esprits, dont le capital est à l’origine, ainsi que de la destruction du réel et de la marchandisation du monde et des corps tel le rouleau compresseur d’une vague de fond qui arrêtera son impitoyable avancée qu’une fois qu’elle aura rencontré l’onde contraire de la terre ferme qui jouera le rôle de temps pont et d’Amor tisseur.
     
    Nous vivons dans un monde totalement incroyable au sens premier du terme, où ce n’est plus le principe de réalité qui dirige le monde, mais une immense fiction imaginaire portée par des dirigeants et des mamamouchis qui s’affranchissent tout simplement du réel pour imaginer vivre dans un monde qui n’existe que dans leur esprit et qu’ils imposent par la force « soft » (et de moins en moins douce, demandez aux Gilets Jaunes éborgnés). (Charles SANNAT)
    Abbas, l’abbé du bas, le père du ça bat, nous invite à faire régulièrement Sabbath ou chabbat. Le samedi (ça me dit) doit être le jour de réflexion sur le poids et la nature de notre bat (la charge de nos erreurs de la semaine à récapituler, afin de rectifier notre pierre philosophale). C’est notre mea Culpa (Clap de la chute de l’âme), battre sa coulpe, vider, récurer ses écuries d’Augias. Autrement dit lorsque tu fais ton chabbat le samedi, tu accomplis ton V.I.T.R.I.O.L , à savoir t’astreindre volontiers à la LOI du TRI de ta Vie. Un lot que tu places en vitrine, ton offrande à l’ensemble. Ta con tribu Sion à la con fait des rations, comme Babeuf en son temps et sa con jus ration des égos.
     
     
    N’oublions pas que nous incarnons à la fois l’âne qui porte sur son dos le bat qui bless mais qui dissimule le Christ, D.tenteur du cri triste que j’ai su.
     
    L’effondrement du taux de profit par le règne de la quantité, course perdue d’avance dont la piste a été construite sur des sables moove en est la conséquente leçon de notre grande prêtresse et maîtresse à tous qu’est la matière, en réponse à l’absence de travail en esprit suffisant effectué par l’homme, qui est pourtant le seul détenteur et producteur Deva leurre.
     
    Sans l’homme, point de couleur et de savent heurt. Les usines et leurs désormais quasi invulnérables robots producteurs, imitent maladroitement tout ce que nous ne faisons pas à l’aide des puissants calculateurs que sont nos esprits via nos corps, là pour le Décor, incontournables un terre face entre l’un visible et notre irréel Rê Hell qui pourraient effectuer après débris d’âge d’épouse tout flanc all go rythme pour remettre de l’ordre dans ces atomiques D.ordres.
     
    Nous sommes les ordinateurs quantiques du futur encore bridés, mais nous devons écrire le bon scénario avant de commettre l’erreur de donner naissance à un terminator ex.terre mine Athor.
     
    L’incandescence tripale de la sens cul loterie pro lait tard hyène veille au grain, affûte ses crocs, l’oreille impatiente d’entendre résonner le chant des signes, s’apprêtant à quitter le giron de la maternelle pour rejoindre les troupes assoiffées de sens n’oeuf de l’âge adulte.
     
    Du juste concept de monnaie pleine à celui de mots nés peine et en attendant la disparition du 1er, nous feront bien la concession de fusionner les deux, le temps que les esprits mûrissent et se libèrent d’une inutile entrave, Foi de Moneypenny secret terre de “M” depuis le bureau de l’agent 00Seth.
     
    La véritable mot né, la puissante Rê serve fée D.râle c’est l’humain, le reste n’est que pâle ersatz en attendant que nounou réveillions. L’ancien concept monétaire n’est plus qu’un moribond dinosaure au bord de l’extinction. L’aplat naître X arrive, et de ses petits doigts de faits elle conta mine label bleu via leurrer sots un taire net par ses mots, épargnant ainsi le plusieurs fois mille énerve projet blue beam de bien des maux d’Est taux mât. Épargnons les enfants du craie hâter.
     
    Mammon en attendant mon N.O.M, nouveau mental de mon âme. De la course à l’échalote de la richesse matérielle à la libération de la richesse de nos esprits.
     
     
     

    De la minuscule à la capitale.

     
    Co bat dit bas se tient : ” Tu as faim ? Oui.” “Mme Lulu ! Les cochonailles, c’est pour une urgence.” Là de moi zèle d’Avis gnon”

    Changement de police, on monte à la capitale là où l’on comprend tous et tout. Point central d’observation, de centrage et de recalibre âge (capital passé) de chacun.

    Tout comme la belle et coure rageuse Princesse de Cure land parcourt son chemin de croix sens prenant naissance dans les eaux glacées de ses nordiques racines, en passant par les ensoleillés jardins avignonnais, les dorés et aseptisés salons Parisiens via son helvétique traquer haut tome “i”. Les heureuses synchronicités que la chaleureuse et indéfectible bienveillance du cher Bastien, incarnant un généreux et angélique Camionneur, fier d’appartenir à la Caste des oeuvriers de la route, de ceux qui donnent leur parole et ne la reprennent-pas, l’extirpe de biens mauvais pas. Un super Mario avant leurre .
     
     
    Monde englouti tout comme ces petites mains et gros bras invisibles, grouillant la nuit à remplir la bedaine de l’ogre parisien au cœur des immenses halles, alors que chacun dormait alentour du paisible sommeil de l’innocent. Leur travail harassant, en faisant des bêtes de somme, le corps occupé à fabriquer du matériel gène et tic, des pièces D.tâché pour nous les ingrats qui les avons pour la plupart effacés de nos courtes et fainéantes mémoires. Générations sacrifiées en attendant que les prochaines rendorment la frénésie corporelle pour éveiller enfin leur esprit, en recevant le souffle libérateur du baiser du Prince char ment sur les lèvres bleuies de label aboie d’orme ment en cours d’éveil qu’est l’humanité. Saigneur prions porc eux...
     
    L’orme en tant qu’arbre symbolise ton arbre intérieur, ton axe cérébro-spinal, la croisée des mondes entre tes enfers et ton paradis. Il est le symbole de l’hermaphrodisme. L’orme, c’est la force en toi qui veille depuis l’éternité, attendant patiemment ton réveil et que coule ta 1ère l’arme.
     
    « attendez-moi sous l’orme »
    Viendras-tu haut rang dévoue ?
     
     

    Quid des ovnis et des ET qui veulent rentrer maison ?

     
    Fuite, fuite, et refuite, halo le plombe y est. Ovnis, cher ovin novice prend soin d’observer ta jauge et de noter le niveau de haine en toi. Vois le noyau dur (noix) qui vibre en ton sein des saints l’oint, et qui transmet ce bruit de fond (noise), ce fond diffus cosmique. Tu es Lex tra Lu tors terrestre qui n’est jamais parti de la maison et qui cherche encore désespérément dans son brouillard interne le chemin de retour. Je te signale que tu es déjà arrivé parce que tu n’es jamais parti.
     
    Ne prenons pas exemple sur le grand Vic tort Urgo qui en exil sur l’île de j’erre say puis de guère ne sait à la fin de sa vie, n’avait de cesse de faire tourner les tables en bourrique tout comme sa tête, en quête d’un pansement en mesure de remplacer l’incessant pensement pour sa bien-aimée fille Léo pôle dîne morte noix y est.
     
    Il nous faut affronter l’arrêt alité de chacun, point besoin de chercher à s’échapper dans les Fait no men ove nie, les sorties décor, tout cela arrange nos bourre eaux et leur permet de dérouter l’attention des éveillés potentiels et les envoyer sur des voies de gare râge.
     
     

    Comme une isthme

     

    Immense bras tendu entre deux îles, suprême assaut scia Sion entre deux solitaires qui ayant enfin accompli le tour de leur île, compris leur propre territoire, les raisons de leur isolement, enfermement, leur mise à pieds, ou envoi au mythe art du bat nie art récalcitrant, sont fin prêts pour de nouvelles aventures, un nouvel agencement, car libérés, allégés de toute appartenance génératrice et fixatrice de forme.

     
    L’autre c’est moi, je suis tout et je ne suis rien, alors j’élargis mon territoire parce que je suis libre comme le vent. Si je me D.forme, c’est pour la forme, le temps d’exprimer l’onde en miroir, que l’autre en face puisse saisir furtivement ce qu’il abrite, son Alien qui Sigourney au fond de say trip ouvre le way vers (tisser) la guérissante lumière.
     
     

    Rose à lux en bourre et cîme on veille.

     
    Près curseur des causes ouvre hier et de l’abolition état tique véritable monstre pompeur de sang et consommateur de chair fraîche créé de toute pièce par notre fainéantise intellectuelle. Elle œuvre en tant qu’agit tas trice poly tics partisane de l’élévation des consciences à travers l’acquisition de connaissance se communiquant sur un axe d’horizontalité. Voie préférable à une inégale et stupide lutte armée ainsi qu’une centralisation des pouvoirs atterrissant systématiquement dans les mains les plus couvertes de sang car opportunistes et prêtes à arracher les yeux de ceux-là mêmes qui les avaient nourries. Elle n’eut de cesse de pousser loup vrillé à prendre son D. se teint en main en se libérant autant que faire se peut de toutes les identifications, nationalismes, luth partis ânes si justement dénoncées 30 ans plus tard par la non moins engagée et jusqu’au-boutiste Simone weil.
     
    “La tentative d’éclosion a échoué, mais le Laurier revers dira.
     
    Les idées plus que dérangeantes pour les forces en place lui furent ôtées d’une radicale balle dans le bulbe il y a sans temps. Nous sommes tous des bulbes tentant de percer à travers la noirceur de la terre, espérant trouver le chemin vers la lumière afin de pouvoir déployer nos pétales et libérer nos exceptionnelles senteurs.
     
    Malheureusement, nombre d’entre-nous en sommes encore au stade du bulbe que l’on renforce au crottin de cheval, afin de lui donner la force de s’extraire de la glaise dans laquelle il est préférable de rester en bourre baie.
     
     

    Condition prolétarienne

     
    Con dit Sion pro laid tare hyène. Ce qui différencie nos pseudos élites du reste de la population dont ils se tiennent éloignés hors périodes de campagnes poly tics de peur d’être conta minet, c’est qu’ils font un parcours scolaire spécifique en passant par la case ENA, école des ânes où on les forme à la haine du peuple, à la pratique du mensonge comme un art de vivre et le développement d’une volonté à nous Trumper à toutes épreuves. Il s’avère que le peuple est largement dépourvu de volonté, préférant le pain et les jeux plutôt que le dur labeur de l’acquisition des connaissance, prix à payer pour son affranchissement. Mais le dit petit peuple n’a rien à envier quant à la pratique de la haine et du mensonge envers son prochain, à commencer par soi-même. N’oublions-pas que l’humain ment plusieurs fois par jour. 6 pour les hommes et 3 pour les femmes. Le compte il est bon Tôt taux : si foi toi …dis oui.
     

    Le go loi Rê f’ra qu’taire

     
    Justement ou plutôt injustement il en a soupé des lois et des décrets ratifiés dans son dos, alors qu’il tente de retrouver le chemin de ses racines empoisonnées par des slow gants qui petit à petit s’infiltrent au plus profond de ses cellules, délitant dans un patient et pernicieux travail de sape, les mémoires à même de ramener le D. sans dents de Saint Loue “i” at home.
     
    Ce qui différencie l’humain de l’arbre, c’est que son système racinaire et sa canopée sont totalement amovibles et lui permettent une grande adaptabilité aux changements parfois très rapides de contexte et d’emplacement. Paradoxe, les différents environnements dans lesquels nous grandissons nous conditionnent, donc nous figent tout en nous fragilisant, mais nous renforcent consécutivement.
     
    “Tout ce qui ne nous tuera pas nous rendra plus fort.”
    Friedrich Nietzche
     
    C’est pourquoi j’ai le sentiment que ce que vit depuis quelques années le peuple Français s’apparente à une nouvelle guerre de tranchée, tout comme nos poilus de 14/18 au fond de ces immondes boyaux creusés de leur propres mains, torture suprême du bourreau qui fait creuser sa future tombe au condamné, ont subit la plus terrible épreuve qui soit, d’être plongés de force dans les limbes les plus sombres de leur esprit.
     
    Certains en sont sortis grandis et transformés, beaucoup ont péri, d’autres surnommés les gueules cassées enfermés pour les années qui leur restait à vivre dans des corps et des esprits totalement difformes, vestiges des horreurs, du bruit et de la furher auxquels ils avaient été contraints d’assister et de participer. Que n’ont t-il eut la présence d’Est pris de s’allier et comme un seul homme et de se dresser face à cette autorité de pacotille pour leur signifier que rien ne justifie l’injustifiable nécessité de tuer l’autre, le frère, la fractale, la prochaine pièce de l’immense puzzle de la gigantesque image dont nous faisons tous partie sans la moindre exception, bourreaux con pris.
     
    Il n’est plus temps de se taire, il nous faut choisir entre la vie et la mort. Jusqu’à présent c’est toujours la seconde option que nous avons sélectionnée, c’est tellement plus facile de se laisser couler plutôt que de puiser jusque dans ses dernières forces pour encore surnager, alors que le rivage pointe déjà son nez. Si près du but, c’est impardonnable.
     
    “La Marchandisation et la chosification du monde et de l’être doivent prendre fin.”
     
    Le gaulois doit se battre avec la force de son esprit pour éloigner et transformer le chant des sires haine. Laid tas n’est que le symbole de l’énorme tas de fumier que nous avons refusé de traiter et d’étendre dans nos champs, afin de nourrir la terre que nous laissons mourir par manque de soin.
     
    Cette terre c’est aussi bien celle de nos esprits en friche, tout comme le bon humus pourvoyeur Da bond danse. Nos menteurs professionnels de la poly tic n’ont de cesse de nous vendre un monde imaginaire et cauchemardesque de manque et de nécessaire foire d’empoigne pour tous, alors qu’on nous a livré à l’origine un gigantesque lunaparc doté d’un principe homéostasique auto régénérateur que nous nous sommes échiné à transformer en Lupanar fidèle reflet du Babylon Berlin de l’entre deux guerres.
     
    Autrement dit, nos corps, nos esprits et la terre sont prévus pour entièrement se réparer.
     
    Il n’en tient qu’à nous. Mais pour ce faire, il faut nous allier.
     
    Faim de la pourriture marche end dirait le communiste de base. Écrivons la nouvelle histoire où l’abondance pour chacun est la règle. L’abondance n’a rien à voir avec l’argent, concept erroné qui a totalement envahi notre esprit, comme si de vulgaires bouts de papier ou montants virtuels électroniques détenaient par je ne sais quel tour de passe passe, le pouvoir de déterminer la valeur d’un être humain, de la vie en somme. C’est un délire total. La vie ça ne se gagne pas. La VIT EST, le reste n’est qu’improvisation pathogène.
     
    Écrivons donc un nouveau monde, un tout nouveau concept innovant et soutenant la Vie dans toute sa splendeur. Chacun dès qu’il arrive en ce monde a de quoi se nourrir, s’habiller et s’abriter sans que cela soit le moins du monde soumis à quelque condition qu’il soit et certainement pas sous la décision d’une éventuelle autorité extérieure.
     
    La nature humaine est ainsi faite qu’à part quelques cas pour les plus fainéants qui ne quitteront pas leur canapé, la plupart se jetteront sur l’acquisition de nouvelles connaissances et produiront de l’art et surtout s’acquitteront de livrer sous forme de textes l’information enregistrée dans leur ADN.
     
    C’est ainsi que l’on refait le monde, c’est la révolution intérieure. L’état et son gouvernement aura tôt fait de jeter aux orties ses costumes de guignols et de nous rejoindre dans ce grand mouvement libérateur pour l’humanité.
     
     
     
  • ACTUALITÉ,  Articles,  Métamorphose

    Liste des encours

    Aveu d’un vœu à venir pour l’avenir du scolaire au sol air.

                       Du braiment au hérissement décrète…

     

    Écris, un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, mais écris Homer et atteint ta cîme son, quoi qu’Iliade vie haine et jusqu’à ce qu’amour sang suive. Comme nos vieux médecins, tristes ça vent  à la blouse noire, juste augure de la qualité et profondeur de leur connaissance, quoique la blanche de ceux d’aujourd’hui n’en fasse guère d’innocentes oies, usaient et abusaient de sait nier, afin que les humeurs sombres qui entravaient le corps du patient puissent s’évacuer et le libérer jusqu’à ce que guérison s’en suive si la dite purge ne l’avait pas dans la foulée saigné comme un porcinet.

    La tête allant vers l’ordre juste du monde tout comme le pendu qui à la fin du dodécaèdre observe le monde à l’envers pour justement le mettre allant droit. Ainsi va la vie qu’il faut apprendre à aller dans tous l’essence pour revenir au centre et voir son œuvre chaos tics et l’aimer pour la perfection de son enseignement.

    Sois ok avec ton chaos qui te met ko. Sois cash afin de retrouver le chemin de tes origines. Seul l’emprunt du sentier de l’acquisition de la connaissance te  permettra la seconde naissance.

    L’effort des halles soulève sans ne jamais flancher l’écart casse de tous nos veaux d’or sacrifiés sur l’eau tell de notre bête is krach, tout comme Boris ira cracher sur nos tombes où nous jetterons sans regret et sans jamais nous retourner, les cadavres de ces ridicules croyances dont la puanteur nous soulève encore le cœur.

    Il est temps d’ouvrir les placards, de libérer l’éléphante tome et d’assécher l’aima Rê sale en.

    -Nez creuse Dante taire…

    -Seth p’tits semis et en t’y bio tics…

    -La firme à Sion déçoit…

    -Guère de tranchet…

    -En trolley ligne…

    -Marx capite all à la capitale…

    -Derrière l’objectif de la Camorra…

    -La gène aise de mon sillonne isthme…

    -Le ton beau de marri bat de l’haine…

    -Les gangs Lions l’un fatigue…

    -Le quand sert, ma Lady Metabo like…

    -Un p’tit grain de s’énerver…

    -Bréviaire de conte loire…

    -Men in the mire aurore ou miro horror…

    -Le voile de l’amor sang étalé…

    -Le dépit stage des quand sert…

    -Burnes out…

    -L’allie tes ratures en basse quête…

    -Quand lac tue alité, j’ai haine…

    -100 cons testent…

    -Quand retomber sûr t’épates…

    -L’amor sûr de l’âmi cale bite…

    -Le fric du crif en attendant l’effet du cri…

    -Ici use ton, depuis ma cage phare idées…

     

    Seth Sois Rê là -ia nique

    En haut

                       A   droite                       A gauche                                                                                 

                                                                                            En bas