Articles

RIC versus CRI

Entends-tu le cri triste, comme celui du Christ sur la croix. Il s’amplifie. Il exprime la souffrance que ressent la Sous France, tout du moins celle considérée comme telle en haut lieu (Eau lit eux).

Dense et informe au début, il ressemblait au cri du nourrisson (nourrit le fils qui émet le son) qui vient brutalement de changer d’environnement, passant du mode amphibie, au mode aérien (comme Aquaman Roi de l’Atlantide mi Surfacien et mi Atlante qui fait le pont et donc l’unification des 2 mondes). Puis à un borborygme à la Rocky Balboa (le chemin de la pierre au bal du Boa/sert Pan) appelant son Ad Ri Haine. Et enfin, un début d’harmonisation au cœur de la décompression de cette grosse archive mémorielle présente en chacun. RIC, (Rê faire un dôme, dit nie scia tive/vite, si toi y haine)

ADRIAN (Ascension de l’âne (véhicule Christ au cri triste) de la DRI (Direction du renseignement intérieur en France)

Changement de rythme, addition d’un second mouvement, de la verticalité pyramidale, désormais développement de l’horizontalité. Le mouvement des gilets jaunes se répand et abat petit à petit toutes les barrières factices qui existaient entre les gens. Le tsunami ne s’arrêtera pas.

Ligne de mire, cible bien en vue et bloquée

Deux équipes face to face, face de bouc – Qui est le miroir de qui ?

D’un côté, des robocops déshumanisés, petits dark vador incarnant la force brute, et qui en guise de sabre laser brandissent des pistolets flash-ball. Triste et piètre tentative d’imitation de la venue d’un Jedi en pleine maîtrise, incorruptible et qui se met au service de l’équilibre et de la vérité. Non, ici plutôt, matière brute, ombre, peste noire – retour des chemises brunes ? La machine, ne discute pas les ordres, elle exécute de sang froid les directives émanant d’une vision de la gestion du monde en totale déliquescence.

De l’autre côté, les plus nombreux, des petits gilets jaunes à la force animale, chaude, volcanique, pierre de soufre anti doux leurre– remède homéopathique – similitude-dilution-dynamisation. Nid de guêpes qui assaille, pique, revient à la charge, se fait enfumer avec pour maladroite et vaine intention de détruire le nid qui est beaucoup trop gros pour être inquiété.

C’est à qui fera le plus peur à l’autre – chacun son tour, le vent tourne – valse hésitation. Triste champ de bataille (bat aïe !), en vérité, ils ne le savent pas, ils font partie de la même famille et lorsque l’un croit frapper l’autre, c’est en fait lui-même qu’il atteint, comme s’il était possible de guérir le furoncle que l’on arbore sur le nez, en brisant le miroir dans lequel se reflète notre visage.

L’appareil étatique (l’appât raye état tics), véritable usine à la moderne et sans faille chaîne de production de robots humains s’entête à maintenir en vie le malade sous perfusion, joue de plus en plus maladroitement ses dernières cartes et tire ses grosses et vieilles ficelles que désormais tout le monde voit. Le Roi de la Haine (Noir) est décidément tout nu, et tout le monde le dit.

L’état de fut sion est en cours, le creuset a enfin atteint la température Idée all.

Fin d’un système (Six t’aime), d’une ère où l’on erre. La lumière s’allume dans les étages. Naissance d’une intelligence collective, d’un cerveau qui crée de nouveaux réseaux et abandonne enfin et sans regrets les anciens qui ont largement fait leur temps. Plus besoin d’un chef, le centre est partout.

Gare à ceux qui s’accrochent encore désespérément à l’ancien monde et ses prérogatives, car non contents de se sentir de plus en plus isolés, ils y seront engloutis, recyclés, comme tout ce qui ne sert plus ou n’a plus sa raison (Rê son) d’être.

Il en est de même pour chacun de nous. Décide ou décède. Etudies-toi, décortiques-toi, et en pleine connaissance de causes, assume ta haine, ta merde, deviens ton propre Maître, fais enfin ce que tu dis (même si ça te prend un peu de temps pour le matérialiser) et exprime ta maîtrise par ton nouvel état d’être, ton NOM (nouvel ordre mental), ta droiture…CHANGE, car tu seras changé de force par la vague qui se lève, à défaut, tu seras recyclé et deviendras du bon Hume us pour les futurs plants.

Nous sommes tous des machines en cours d’éveil et de réglage, avec pour projet de devenir enfin des êtres vivants (vivent en eux, comme une mémoire vive. Il est temps de quitter la ram). En attendant, nous sommes  utilisés comme des fictions administratives et commerciales.

” Rien ne se perd, tout se transforme ” “Tu ne rencontres que toi-m’aime ” “Que la force soit avec toi pour finir ton toit”

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS