ACTUALITÉ,  Articles,  Métamorphose

La pensée en arborescence

Miss île Solaire

   Un mot, un seul, et je pars visiter des mondes insoupçonnés pour le néophyte qui à mes yeux  s’apparente à un jeune plan que je tente délicatement de placer dans un environnement favorable à son épanouissement, et qui lui permette de développer son propre système racinaire. Un mot, c’est comme une plongée dans les abysses où réside l’envers du décor, la grande machinerie, les strates qui arborent discrètement l’essence qui les anime. En ces temps troublés où le monde semble pris dans un tourbillon dont la vitesse ne cesse d’augmenter, je veille à revenir au centre, duquel émane une plus grande stabilité, où seul l’esprit doté de son diplôme de Mec a nie sien s’affaire à démantibuler et ré-additionner chaque mot, créant depuis leur profondeur habit sale des ponts et des associations, tentant ainsi de réunifier le monde de sait pas ration dans lequel nous bar beau thon depuis la chute de Baby alone.

Ces mots côte à côte, courageusement et sagement solidaires malgré leurs différences afin de générer de futurs tomes pourvoyeurs d’enseignements, quelle qu’en soit la teneur, donnent l’exemple de collaboration à une humanité perdue dans ses incessantes divisions, enfermée encore dans ses juvéniles, boutonneuses luttes intestines et considérations nombrilistes, n’ayant pas encore conscientisé la nécessité d’accueillir la différence de l’autre comme complémentaire à la sienne, dans la participation à l’élaboration d’une longue chaîne pro tes hic à l’échelle planétaire.

Les compétitions de lecture rapide fleurissent sur la toile, invitant le plus grand nombre à s’engouffrer dans cette courses effrénée à la performance. Mais où réside l’intérêt d’accélérer en surface si l’on n’a pas D.coup.vers les secrets des profondeurs. Un arbre ou une plante doivent en grande partie leur pérennité à la qualité de leur système racinaire qui leur fournira toute l’information, la solidité face aux éléments, mais aussi les nutriments, l’eau et la communication nécessaires avec le monde souterrain et le mycélium dont ils sont les résidents, les contributeurs mais aussi les débiteurs.

Mycélium = mon choix d’aller à la rencontre de la connaissance de ce qui permet de lire ce qui lie l’homme, ces réseaux profonds et invisibles qui relient l’ensemble de la création.

Les  fonds Da manteau

Le Râlant tisse ment est donc un incontournable si l’on veut quitter la surface ou superficialité de tout ce que nous observons ou croyons regarder. Encore faut-il savoir ce que veut dire le verbe regarder ?

Petit exercice de D.peu sage. Il est question de garder 2 fois (re/), il nous est donc conseillé d’y regarder minimum à 2 fois avant de pouvoir être à même d’interpréter ce sur quoi notre regard inquisiteur ou su père fit ciel se pose, voire développer 2 points de vue, par exemple un masculin/paternel et un féminin/maternel que l’on pourra synthétiser tout comme l’enfant le fait spontanément, départageant les considérations de papa et maman en les up Da temps.

Une gare est un lieu de transition pour des humains, animaux et marchandises et où l’on stationne, assemble et désassemble les wagons à l’exemple des chaînes protéiques ou de notre ADN. Regard D. peut aussi s’écrire de la sorte, ce qui implique le regard du créateur à travers nous qui sommes ses petites mains qui œuvrons sur la plateforme du jeu terre.

Reg évoque la présence de règles ou lois qu’il est préférable de gérer et respecter afin de ne pas se perdre si l’on souhaite développer son art, ce qui déterre mine la spécificité de chacun. A défaut ou contrario il pourrait nous en cuire au point de ressentir la piqûre du dard du frelon vert.

Il est aussi question de prudence, de vigilance  tout comme dans l’expression “prend garde à…” comme lorsque l’on prend son tour de garde pour protéger le groupe des Rôdes heures, des haines mis.

Paradoxalement nous sommes notre propre haine eux mis, nous incarnons celui que nous devons surveiller à tout instant jusqu’à ce qu’il développe son art beau Rê sens à l’image de l’arbre de vie, ou d’un éclair lors d’un Or rage.

Fête d’amphore ma Sion

Impact foudre sur terrain de golf

Lorsque l’éclair zèbre et illumine le ciel chargé d’Elec tri citée, il annonce l’imminence de la pluie Dit lu vie haine prête à se D.verset et à emplir d’informations ou de connaissances la population aux prises avec sa douloureuse et mystérieuse division dont elle ne connaît plus l’origine.

D.verse ment provenant du ciel pour remplir lent fort progressivement, afin de favoriser l’arrosage et le renforcement de ses plans, qu’ils puissent manifester leur pleine puissance à l’issu de la périlleuse période d’exposition et de saut dans l’un connu, tout comme la jeune mariée au terme de la cérémonie et le rituel du symbolique échange des anneaux se livre après transmutation au regard de la foule en liesse, chargée de jeter des poids niés de riz, symbole de joie, d’abondance et d’illumination par l’acquisition de la connaissance.

C’est à l’image d’un diesel dont on doit au préalable laisser chauffer la bougie avant de démarrer le moteur et laisser ce dernier chauffer suffisamment avant de solliciter sa pleine puissance alors que le turbo prendra le relais en recyclant les émanations de gaz.

Monde de Clôt portes

figures de Lichtenberg sur la peau d'une personne foudroyée
figures de Lichtenberg sur la peau d’une personne foudroyée

Encore faut-il que ces amphores soient maintenues en position d’ouverture afin de permettre à leurs propriétaires de récupérer le précieux ruissellement vœu nu du ciel. Lorsque notre cher aime ma nue hell nous parle de ruissellement, c’est bien de celui-ci dont il est question. C’est qu’aucune âme phore ne pourra se remplir si elle n’est préalablement D.bouché de toutes les croyances qui entravent le pas sage de l’information vitale pour les chétives plantes que nous sommes Allô rit jaune, mais d’Est innées à devenir de robustes plantes rompues à toutes les formes d’adversités, grandes pour voyeuses de leçons d’affaire Miss ment.

 

Ton trône, ton treize or, clé de l’esprit

Sucre qui se répand dans de l’eau

La clé de l’esprit Rê side dans le fait devoir clair, et voir clair (Voir le Roi qui possède la clé de l’esprit) c’est contempler ce qui Est sans déformer sa nature profonde. La clé n’a pour rôle que d’ouvrir ce qui est scellé un temps, en raison de la nécessaire mise en sécurité au regard de l’enfantin et juvénile participant au jeu terre. Temps de croix sens aube lige (contera vassalique)

Pour acquérir la clé, il faut au préalable transformer, nettoyer, éclaircir, libérer la nature de ce regard par un processus renouvelé de mort renaissance, symbolisé par la 13ème carte du Tarot de Marseille nommée à juste titre la mort ou doit-on entendre aussi son pendant l’Amor.

L’amor véritable à ce qui est se cacherait-il derrière la nécessaire mort d’anciennes croyances entravant, opacifiant notre perception de la nature réelle de notre environnement ?

Nous sommes le coffre-fort tant recherché, nous sommes assis à son sommet et la clé réside aussi en nous. Pour la libérer et l’acquérir, il nous faut permuter la nature de notre observation.

Le 13 est l’élément de trop qui fait passer d’un cycle à un autre, celui qui purifie et qui cache la lettre B, sec onde lettre de l’alphabet symbole de la division et de la parturiente (ex pulsion du con tenu Ut ter in) Marie prête à donner naissance ou délivrance au Christ (cri triste). B est la 1ère lettre du Pré N.O.M Brigitte, gîte de la Bri, considérée comme la sage-femme sans bras et sans yeux, appelée par Joseph au chevet de la mère du Christ, afin de l’assister dans son travail si spécifique de D.livre anse. La légende ou les nombreux contes disent que dès qu’elle fut en présence de Marie ses bras repoussèrent et sa vue lui fut rendue. Elle resta auprès d’elle les 40 jours de son retour de couches et allaita l’enfant Christ à la place de sa mère.

Le 13 pour les chrétiens est le nombre représentatif de la Vierge Marie. A croire que Brigitte et la vierge Marie sont une même personne se présentant sous 2 aspects ou rôles complémentaires et déclencheurs par leur rapprochement.

Un curieux récit légendaire fait de la sainte un balai (bal laid/lait). Lorsque Joseph vint à la demande de Marie chercher une femme pour l’assister, le maître de la maison lui aurait donné par dérision un balai, en ajoutant :

Dans cette maison il n’y a d’autre femme,

qu’une nommée Berhed

elle ne pourra pas aller :

elle n’a ni yeux ni nez

ni bras pour secourir Marie.

Brigitte est en prise directe avec la fécondité (Tout comme le verrou de l’ermite de St léonard de Noblat en limousin-Sent Liunard en langue d’Oc que viennent toucher les femmes frappées de stérilité) et l’allaitement, le bois sec reverdie en sa présence.

Sent Liunard dont l’anagramme donne : S (chemin) ten (10) Li un art/dard et diurnal (bréviaire liturgique) et diurne (vit le jour).

On pourrait traduire cela par : sens et développe l’art de la lecture de l’unité en synthétisant les 24 périodes précédentes, celles des 24 vieil art en étudiant tes propres cycles.

Alunir D. autre anagramme qui symbolise le miroir argentique du soleil et qui camoufle l’offrande que le petit saint (Al) fait de la lecture (lu) de la colère (hire) à D. (créateur).

L’arrêt d’action antre parent taise

Arborescence orage foudre 4 impacts

Une fois la clé découverte et détenue par l’ancien bagne art, on ralentit l’agitation corps pour elle et l’on passe aux travaux fort sait de l’Est pris en retranscrivant son vécu, son environnement, ses nœuds, ses non dits, ses j’fuis en hissera hell, en veillant à créer des ponts entre les situations, les 1ers, seconds rôles et figurants de notre propre film. Tout ce qui est en haut est comme ce qui est en bas, et tout ce qui est à l’extérieur est une projection de notre monde intérieur, et nous ne faisons que rencontrer une multitude de facettes de nous mème (réplicateur) en attendant nous m’aime (mi âme miam).

Mort alité nous sommes nos propres parents, tout du moins nous devons veiller à équilibrer ces deux polarités en nous, afin qu’elles se taisent, s’effacent pour laid sait place au renouveau qu’incarne leur enfant, l’enfant intérieur ayant pu prendre sa place et croître en effectuant une sainte thèse, véritable conclusion répondant à d’anciennes questions, favorisant ainsi un bon évolutif vers une optimisation de lent semble.

Notre pensée agit comme la foudre et impacte tout ce qui fait notre environnement, notre corps compris. Autrement dit, nous sommes responsables de tout ce qui se déroule en nous et autour de nous. Si nous croyons être victimes des autres (facettes), nous ne sommes en réalité que le bourreau de nous-mêmes.Tous les événements qui jalonnent notre vie, sont la résultante de nos corps énergétiques qui vibrent à travers l’ADN (addition, cul mule de nos haines), à savoir nos mémoires qu’il est temps de libérer.

 

 

 

 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS